MISSION au MYANMAR du 19 au 26 janvier 2015

–  Entretien avec sœur Véronica ,provinciale du Good Shepherd (qui nous a délégué
une accompagnatrice ultra efficace pour les achats de livres (liste confiée à Khin san
lors de sa mission à Tadachang en octobre 2014): soit 2 lourds cartons pour une valeur
d’une centaine d’euros .Visite de la crèche (jeunes enfants de familles défavorisées) et
du dispensaire avec hébergement des familles des malades hospitalisés .
–  Échange avec Daw Van Lisar, directrice de Women for World, pour mettre au point
l’étape prévue au village de Kyangkone, où nous rencontrerons un groupe de femmes
la semaine suivante, sur la route de Tadachang. Elle nous décrit les méthodes d’action
de WFW . Nous verrons dans quelle mesure  elles seraient  transposables pour les femmes à Tayarchang .
Nous évoquons aussi l’écotourisme (elle nous donne le contact d’un organisme de tourisme équitable récemment créé à Rgn = Angel Valleys – à retenir pour la suite).
–  Visite à Kamphyu, près de Mandalay, afin d’y voir les réalisations des associations « Isha Tanaka » (Corinne Korchinsky) et « Irrawady Education »(Florent Robert) .
 
 
– Sur le chemin de Phyapone, nous nous arrêtons à Kyangkone : rencontre avec une douzaine de femmes : elles nous montrent le grenier à riz et la mini-centrale solaire qu’elles ont pu installer avec le concours de WFW et New Savings for Women. Bon exemple d’activité économique menée en commun. Elles s’occupent aussi de la culture de beetel qui semble plutôt rentable… Après une nuit d’hôtel à Phyapone, et la traversée du marché pour rejoindre l’embarcadère nous naviguerons au fil de la mangrove et atteindrons Tadachang environ une heure et demie plus tard.
Le chef de village U Hla Win et son épouse nous accueillent :échange de questions/réponses –
Khunncho traduit (récolte 2014 un peu moins fructueuse que celle de 2013 qui avait été excellente- répartition de la population des 2 villages en trois catégories à peu près équivalentes : une cinquantaine d’agriculteurs, employant environ le même nombre d’ouvriers agricoles, et le tiers restant pratiquent la pêche (quand ils ne sont pas occupés sur les rizières. Quelques commerçants  et artisans, ou d’autres qui partent en ville comme main d’œuvre saisonnière. L’élevage de canards semble se développer (vente des œufs – filière qui serait exploitable dans le cadre (futur)d’une extension de cultures plus « organic »(BIO).
Khunncho explique qu’elle pourrait aider à trouver les débouchés commerciaux à terme.
On entend la machinerie du moulin tourner à plein régime.
 
 
 
 
VISITE AU CENTRE SCOLAIRE ( 550 élèves )
 
Nous déposons nos cartons de livres , à la grande joie de la nouvelle directrice (lui offrons,hors liste, le livre de Malala , traduit en birman) .Ils seront placés dans la future bibliothèque de l’école dès achèvement : Cadrasie y contribuera pour environ 600 euros . Nous nous engageons aussi à offrir une centaine d’uniformes avant la prochaine rentrée scolaire (1er juin ) – voir la mission de KS en mai suivant.
Visite des salles ajoutées récemment au logement de fonction (Cadrasie y a contribué en avril 2014 à hauteur de 2400 euros.) Dix enseignants sur les 20 qui professent actuellement y cohabitent .
Une partie de la cour de l’école est maintenant utilisable (contribution de Cadrasie = 3000 euros ), la surface restante sera achevée aussi pour juin, avant la mousson .
 
 
 
 
VISITE à THAYARCHANG
 
Cinquante minutes de marche à travers les rizières, puis une passerelle très branlante nous amènent au village des pêcheurs. Une soixantaine de familles y vivent, manifestement plus pauvres que celles de TDC .Nous sommes toutes les trois accueillies chez le responsable des lieux qui nous logera cette nuit : visite de reconnaissance au long de l’unique chemin desservant la soixantaine de maisons.
La petite école reçoit les plus jeunes enfants (effectif=90 ); je ne vois aucun matériel pédagogique : question à approfondir, ainsi que celle de la formation des maîtres (au féminin pour la grande majorité )et des jeunes en âge de quitter le lycée : quels débouchés professionnels ?
 
En conclusion : les habitants, notamment les enfants, semblent intéressés par le passage, plutôt rare dans leur village ,de visiteurs européens.
De notre coté, nous nous engageons à financer la réfection de la passerelle d’accès à TYC : Ils ont déjà provisionné le quart du prix : la caisse de Cadrasie financera le reste, soit : 300 €