A la rencontre de Su Su Nway…

susu2Su Su Nway, activiste du L.N.D. (Ligue Nationale pour la démocratie) emprisonnée en Birmanie pendant douze ans, nous a fait l’honneur d’une visite lors de son passage en France le 29/05/2013.

C’est dans un cadre privé, en présence de plusieurs membres de l’association Cadrasie et de quelques membres de l’association Amnesty de Marcq en Baroeul et de Belgique qu’elle a témoigné de son expérience et de ses espoirs…

La prison

Elle a fait deux séjours en prison. Tous les jours, elle priait pour remercier tous ceux qui luttaient activement pour sa libération et celle de ses amis. Le motif de son deuxième séjour en prison : la prière à voix haute, difficile à étouffer. Elle est restée 4 ans en cellule isolée. Certains en sont devenus fous. Pour résister, elle s’était établi un programme très serré : prière, nettoyage, méditation…qui l’occupait toute la journée.

Elle s’est dit que si Aung San Su Kyi avait réussi à tenir, elle le pouvait aussi…

La libération

En 2012, elle est enfin libérée. Elle remercie chaleureusement les membres d’Amnesty qui ont écrit des centaines, voire des milliers de lettres ou fait signer des pétitions pour sa libération.

Désormais, elle est libre  et elle continue son action auprès des paysans spoliés : elle les reçoit, monte les dossiers, les documente, se déplace pour vérifier, puis s’adresse aux autorités locales voire au ministre pour réclamer la restitution des terres ou l’indemnisation.

Son objectif actuel est de créer des syndicats paysans.

L’avenir

Su Su Nway espère bien participer aux élections de 2014, mais elle craint d’en être empêchée d’une façon ou d’une autre…

Mais elle n’abandonnera jamais le combat.