Histoire de l’association (2008 – 2014)

2008051912303415

En mai 2008, le cyclone Nargis frappe la Birmanie faisant plus de 138000 morts.  Cadrasie décide d’intervenir pour aider les sinistrés. Nous concentrons nos efforts sur le village de Tadarchaung.

Cadrasie lance un appel aux dons avec l’aide de la Fondation de Lille. Dès juin 2008, Cadrasie distribue du sel, du chlore pour purifier l’eau, des savons, des vêtements, des bougies, du riz, de l’huile, des nouilles. Tout le nécessaire pour survivre au désastre.

Après l’urgence commence le temps de coopération et de la reconstruction du village. Fin 2008, 12 motocultures et des engrais  sont vendus en micro crédit partiel ( 2/3 sur 3 ans), afin de redémarrer les cultures de riz.

2008091815091839

En 2009-2010, Cadrasie leur apporte des filets de pêche, du mobilier pour l’école et des engrais pour les cultures.

Pêcheurs
Pêcheurs

En 2011, nous pérennisons la coopération entre le village et l’association. Nous continuons à fournir des fournitures scolaires et des engrais et démarrons la reconstruction du village par la réfection du chemin de l’école devenu impraticable.

En 2012, Cadrasie lance la construction de 10 maisons, suivi par 13 maisons en 2013.

Réception des sac d'engrais par les villageois
Réception des sac d’engrais par les villageois

En 2012, Nous continuons à donner des fournitures scolaires et de l’engrais.

Réception des fournitures par les élèves
Réception des fournitures par les élèves

 

A Tadarchaung, Birmanie, après les dix bâties en 2012, treize nouvelles maisons ont été construites en 2013.

Cadrasie a effectué une mission de validation sur place les 14 et 15 octobre 2013. Elle confirme que cette partie du projet est un succès. Les familles occupant les maisons, ainsi que les responsables du village, expriment leur satisfaction : les maisons répondent  à leur attente et elles sont de qualité.

Nous avons relevé le soin apporté par les occupant(e)s à aménager les abords de leur maisonnette, en particulier par des plantations qui apportent nourriture et ombre.

maisonbirmaniemaisonbirmanie2

Le confort et la taille en sont certes très modestes, mais le fait est là : cinq ans après le terrible cyclone Nargis, 23 familles ont un vrai toit qui les protège tout au long de l’année, y compris pendant la longue saison de mousson.

Les 23 maisons couvrent les besoins identifiés; maintenant, reste à remplacer au fur et à mesure les logis construits dans l’urgence en 2008 et qui vieillissent mal.

En parfait accord, plus que sur le développement économique, le village et Cadrasie, comptent mettre maintenant l’accent sur l’éducation. De nombreux enfants sont nés après le cyclone, grossissant les besoins scolaires. En 2014, Cadrasie a aidé le village à leur donner une cour de récréation qui manquait cruellement. Là encore, le village a fourni le principal ( matériaux et main d’œuvre), Cadrasie finançant pour environ 2000€ le transport du sable de sous-couche.

 

état de la cour de l'école actuellement.
état de la cour de l’école avant l’intervention de l’association
Les enfants n'ont pas de cours pour jouer et réviser.
Les enfants n’avaient pas de cour pour s’amuser…
cour en travaux
cour en travaux

Par ailleurs, Cadrasie continue de procurer les fournitures scolaires à environ six cents enfants du village, et envisage de participer à l’achat de livres scolaires…

Deux pièces ont été construites afin d’héberger cinq enseignantes qui vivaient jusqu’à présent dans des conditions très précaires.

OBJECTIFS FUTURS

Priorité à l’éducation

En accord avec les responsables locaux, c’est sur l’éducation des jeunes que doit maintenant se concentrer la coopération entre Tadarchaung et Cadrasie.

Concrétement, cela signifie :

achever l’assainissement de la cour d’école

acheter des ouvrages pour la bibliothèque que crée l’école et des cartes géographiques de la Birmanie et du monde

acheter les fournitures scolaires pour la rentrée de juin 2015

améliorer encore le logement des enseignants (essentiellement des institutrices) à proximité de l’école. Leur habitat reste encore trop sommaire et trop exigu

acheter des uniformes (c’est la coutume en Birmanie : les élèves sont habillés en vert et blanc) pour les petits, souvent en guenilles

à moyen terme (sur 3 ans) construire un préau, nécessaire pendant la longue mousson : il pleut beaucoup, beaucoup !!